westernmaniac
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

La Piste fatale. Inferno. 1953. Roy Ward Baker.

Aller en bas

La Piste fatale. Inferno. 1953.  Roy Ward Baker. Empty La Piste fatale. Inferno. 1953. Roy Ward Baker.

Message  Rex Lee le Lun 20 Avr - 18:44

La Piste fatale. Inferno. 1953.  Roy Ward Baker. Unname12

Un homme est laissé pour mort dans le désert californien par sa femme et l'amant de celle-ci. Mais l'homme est coriace. Il a une jambe cassée, très peu de vivres et d'eau mais il va essayer de survivre et de regagner la civilisation, à force de volonté et de désir de vengeance.


Voilà une belle surprise! L'histoire est simple et elle est bouclée en 80 minutes. Le désert est très bien photographié. En fait, c'est un film noir dont l'action se déroule dans un décor de western. Robert Ryan incarne avec brio cet homme qui tente de s'en sortir pour assouvir sa soif de vengeance. Les scènes avec les 2 amants qui s’intercalent dans cette histoire de survie n'apportent pas grand chose, si ce n'est à la fin, lorsqu'ils se lancent à la poursuite du mari pour l'achever.



La Piste fatale. Inferno. 1953.  Roy Ward Baker. Vlcsn634
Robert Ryan est l'homme laissé pour mort.



La Piste fatale. Inferno. 1953.  Roy Ward Baker. Vlcsn635
Rhonda Fleming est son épouse.





La Piste fatale. Inferno. 1953.  Roy Ward Baker. 61udbr10

_________________
La Piste fatale. Inferno. 1953.  Roy Ward Baker. Fernan11

Dis-donc, toi, tu sais que tu as la tête de quelqu’un qui vaut 2000 dollars?
Rex Lee
Rex Lee
Sergio Leone

Messages : 5656
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 64
Localisation : 19

Revenir en haut Aller en bas

La Piste fatale. Inferno. 1953.  Roy Ward Baker. Empty Re: La Piste fatale. Inferno. 1953. Roy Ward Baker.

Message  old timer le Jeu 30 Avr - 22:49

Vu également.
Une histoire très simple mais très efficace, et magnifiée par le décor, toujours hyper-photogénique du désert américain en technicolor. Les polars tournés dans ce cadre sont toujours grandioses ! (Un homme est passé, Dans la souricière - que Rex Lee nous avait déjà fait découvrir...)

Et puis ce film a lui aussi le parfum délicieux des années 50 (costumes, mobiliers, voitures...) qui lui donne sun cachet rétro impérissable; je ne suis pas sûr que la même histoire filmée aujourd'hui m'aurait autant passionnée. Il faut dire qu'on a aussi le plaisir  de revoir un des grands acteurs de l'époque (Robert Ryan) ainsi que la belle Rhonda Fleming, ça compte !

old timer
Sergio Leone

Messages : 1604
Date d'inscription : 20/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum