L'Ange noir du Mississippi - Bienvenido, padre Murray - Ramon Torrado - 1964

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Ange noir du Mississippi - Bienvenido, padre Murray - Ramon Torrado - 1964

Message  Breccio le Jeu 8 Avr - 16:44

Mes très chers frères,
Mes très chères sœurs…

Enfin, je sais pas si y a des sœurs dans l’assistance, mais y en a pas mal dans la distribution de ce film, alors autant jouer la sécurité.

Pouf, pouf.

Mes très chères sœurs, donc.

En ces temps troublés, où la foi subit de toutes parts des attaques imprévues aussi bien que mortelles, la pensée de Dieu ne doit pas nous quitter. Louons le Seigneur, mes frères, mes sœurs (donc). Oremus, nom de Dieu ! Oremus, vous dis-je !

Qu’est-ce que le western latin ? Ouvrons les yeux, mes frères, mes sœurs, mes cousins, mes cousines, mes neveux… bon, j’arrête, ça m’excite.

Ouvrons les yeux : face à la suprématie du dieu dollar, c’est-à-dire de Mammon — relisez votre Bible, enfin, merde, quoi ! —, face à la suprématie du dieu dollar, disais-je avant d’être grossièrement interrompu par moi-même, le western latin, ou plutôt romain, comme l’Église du même nom, catholique et apostolique, la seule qui vaille la peine d’être priée, méfiez-vous des contrefaçons, le western latin, donc, nous apparaît avec une clarté de plus en plus aveuglante — passez-moi mes Ray Ban, j’y vois plus que dalle — comme une nouvelle arme du prosélytisme tous azimuts qu’encourage Sa Sainteté Benoît XVI, notre Très Saint Père, notre papamobilisateur, notre paparatzi — heil Benoît !
Une preuve, s’il en était besoin, car la foi, et la foi seule, doit vous animer, mes très chers frères, mes très chères sœurs (donc) : ce film, cette œuvre de patronage, régulièrement diffusée, me dit-on (pas pu vérifier, j’ai pas le câble ni le satellite), sur la chaîne KTo, le rendez-vous des grenouilles de sacristie et des punaises de bénitier, à moins que ce ne soit l’inverse…

Or donc (mes très chères sœurs), de quoi est-il question au juste ?

Bé c’est la petite ville de l’Ouest tendance western espagnol, où en 1873 (admirez la précision), les braves gars du pays ont lynché un nègre pour se distraire. Cut sur le générique où des noms connus (ou pas) défilent pendant que les braves gars continuent de s’amuser.

Et voilà-t-y pas (comme le temps passe) qu’on est en 1897 (admirez la précision — parte tou) et que les dames du patronage attendant en frétillant d’impatience — Dieu me tripote, merci mon Dieu — le nouveau curé que leur a envoyé l’évêque, ou l’archiprêtre qui radote au couvent, je sais plus moi, je m’y perds un peu…

Pouf, pouf.

Pas de pot, big mistake, la gaffe cosmique et tout ça : c’est un nègre (je cite la VF d’époque, je m’en voudrais d’offenser nos frères qui… nos frères quoi… Merde. C’est quoi, en ce moment, la formulation politiquement correcte ? afro-espagnols ? à CRAN ? dieudonné ? — enfin, bon, z’avez qu’à compléter, j’ai un film à critiquer, moi).

Donc, voilà que nous arrive un nouvel homme de Dieu, patelin comme pas un, humble, modeste et tout ça, mais pas de pot, donc, il est bronzé, il est basané, il est pas des nôtres, il a pas bu son verre comme les autres…

En plus de ça — ’tention, l’intrigue se complique, faut suivre —, y a un rodéo qui va avoir lieu, et que ça te m’exacerbe toutes sortes de convoitises, et que ça te me fait resurgir toutes sortes de culpabilités enfouies bien profond…

Brèfle, ça bouge, ça tire dans tous les coins, les méchant méchantent, les bons bêtifient, notre curaillon roule des yeux en boules de loto, arrive un caballero qu’a un compte à régler avec son passé, en arrive un autre qu’a des torts à redresser…

Et tout est bien qui finit bien, vous l’aviez deviné.

Qu’y a-t-il à sauver de ce nanar nanardissime ? Howard Vernon, dans le rôle du banquier cynique et crapoteux, Fernand (sic) Sancho, dans le rôle du bandido mexicain (surprise !), Angel Del Pozzo, dans le rôle de Luis Mariano (y chante, et je vous raconte pas les sombreros), et l’inénarrable, l’imputrescible, l’immarcescible René Muñoz dans le rôle du padre Murray, qui nous roule des yeux, qui nous mitonne des sourires bondieusards comme c’est pas permis, bref qui annonce toute la décadence du genre — les Terence Hill en Trinita mormonesque — voire en Don Matteo hors western, merci mon Dieu —, les Tomas Milian en Providence, les Amen, les Acquasanta Joe, les Spirito Santo, les Alléluia…

J’arrête, ça me déprime.

À part ça, pour les maniaques — joie, bonheur, félicité ! —, cette daube est visible, si vous y tenez vraiment, sous la forme d’un DVD ESI/Medusa intitulé Lynchage à Golden City (pourquoi ? la ville s’appelle Valley City, c’est indiqué de façon explicite). L’image est correcte, depuis que StudioCanal nous a forcés à revoir nos définitions, le son est correct aussi — et, cerise sur le gâteau, toutes les chansons sont en espagnol, vous mesurez pas votre bonheur !

Maintenant, foutez-moi la paix, je vais pleurer dans un coin, en attendant que le Seigneur, dans Son infinie bonté, daigne S’intéresser au pécheur que je suis.

Passez-moi un cilice, un fouet, un acte de contrition…

Sic transit gloria mundi, amen !
B

PS : première de mes critiques à être rapatriées du forum westernmovies.fr. L'ordre alphabétique est seul responsable de ce choix, ajoute-t-il benoîtement.
avatar
Breccio
Sergio Leone

Messages : 1277
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 63
Localisation : Blagnac

Voir le profil de l'utilisateur http://baskerville.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ange noir du Mississippi - Bienvenido, padre Murray - Ramon Torrado - 1964

Message  Rex Lee le Ven 20 Aoû - 11:01




Fernando Sancho / René Munoz




Angel del Pozo
avatar
Rex Lee
Sergio Leone

Messages : 4575
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 61
Localisation : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ange noir du Mississippi - Bienvenido, padre Murray - Ramon Torrado - 1964

Message  stéphane le Ven 20 Aoû - 12:19




















avatar
stéphane
Michele Lupo

Messages : 487
Date d'inscription : 14/04/2010
Age : 57
Localisation : Côte d'Ivoire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ange noir du Mississippi - Bienvenido, padre Murray - Ramon Torrado - 1964

Message  Horace Pinker le Dim 26 Déc - 1:13

Breccio a écrit:
À part ça, pour les maniaques — joie, bonheur, félicité ! —, cette daube est visible, si vous y tenez vraiment, sous la forme d’un DVD ESI

Héhé, magnifique critique l'ami Breccio, critique qui aurait du me dissuadé de voir la chose mais qui au bout du compte a attisé ma curiosité Cool

Et bien effectivement c'est pas terrible mais malgré tous ces défauts j'ai quand même regardé jusqu'au bout, en faite j'espérai bien que le prêtre allait s'avérer être un membre de la famille du black assassiné au début et je m'était déjà imaginé un twist finale se terminant dans un bain de sang avec le faux prêtre dézinguant les infidèles à la winchester afin d'assouvir sa soif de vengeance SmileSmileSmile

Bon bah je me suis trompé !! ça reste gentillet jusqu'a la fin héhé lol!
avatar
Horace Pinker
Michele Lupo

Messages : 525
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 40
Localisation : Seine et marne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ange noir du Mississippi - Bienvenido, padre Murray - Ramon Torrado - 1964

Message  cyberpunk le Lun 12 Sep - 17:18

je l'ai vu ce matin, j'ai bien aimer, j'ai trouver le personnage du prêtre très émouvant, c'est grave ? Embarassed
avatar
cyberpunk
Sergio Leone

Messages : 2487
Date d'inscription : 15/04/2010
Age : 50

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ange noir du Mississippi - Bienvenido, padre Murray - Ramon Torrado - 1964

Message  JO le Lun 12 Sep - 19:14

Ce devait être ma première VHS pré-enregistrée achetée, vers 1986. J'aime beaucoup ce film, René Munoz est effectivement très bon dedans. Wink

En attente d'un vrai DVD au format et avec une belle image.

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ange noir du Mississippi - Bienvenido, padre Murray - Ramon Torrado - 1964

Message  JO le Mer 7 Déc - 14:36



René Munoz, Ramon Torrado, Cesareo Torrado, set de Hoyo de Manzanares (Madrid), 1963.

Lien:

http://western-maniac.forum-pro.fr/t4405-realisateur-ramon-torrado

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ange noir du Mississippi - Bienvenido, padre Murray - Ramon Torrado - 1964

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum