Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Breccio le Dim 11 Avr - 11:36

Ah ! on l’attendait avec impatience, celui-là…

Roméo et Juliette au pays du western all’italiana, pensez donc. Un film invisible depuis des années, à la réputation flatteuse, bénéficiant de la présence de certaines des tronches les plus sympa qui soient. Et un DVD édité par Koch Media, une des boîtes les plus perfectionnistes de notre petit monde.

Alors, Breccio, ne nous fais pas languir : est-ce que le résultat est à la hauteur de notre espérance ?

Oh ! que oui. Tant est si bien que je n’ai pas hésité à le visionner deux fois avant d’être en mesure de rédiger cette critique. Disons-le tout net : ce film est à classer dans les plus grandes réussites du genre, catégorie « plus référentiel, tu meurs », aux côtés du Django porte sa croix (Shakespeare, déjà !) de Castellari et des Pistoleros de l’Ave Maria de Baldi.

Bon, tâchons pour commencer de décrire la situation de départ…

Nous sommes en Californie et c’est la guerre ouverte entre deux familles de rancheros, les Campos, plutôt latinos, et les Mounters, plutôt anglos. Meurtres, exactions, tortures et autres joyeusetés. Mais le patriarche Campos en a marre et il propose à Bill Mounters (Luis Induni) une rencontre sur champ clos pour déterminer qui restera et qui quittera la région. Un juge à la retraite est censé arbitrer la chose. Le jour venu, après que le jeune Johnny Mounters (Peter Lee Lawrence, Arthur Grant au générique) a été envoyé garder les chevaux parce que pas assez habile au revolver, toute la famiglia se dirige vers le champ de bataille…

Pas de pot, c’était un piège.

Explosions de dynamite, hécatombe générale, les Mounters battent en retraite. Mais Rodrigo Campos (Peter Martell) n’a pas fini sa journée : il va voler les chevaux des Mounters, exterminant tous les cow-boys et kidnappant notre brave Johnny pour le tuer à petit feu. Pendant ce temps, le shérif Cooper (Piero Lulli), complice des Campos, fait chanter le juge pour qu’il livre un faux témoignage.

Vient ensuite le moment de vérité pour Johnny. Les Campos ont capturé un bandit manchot, Lefty (Andrés Mejuto), et voilà les règles du jeu qu’ils imposent aux deux hommes ligotés dans la cour : un revolver est placé à mi-distance de chacun d’eux, on coupe une partie de leurs liens, et celui qui réussira à se libérer, à s’emparer du revolver et à tuer l’autre aura la vie sauve. C’est Johnny qui gagne, mais il préfère dézinguer quelques Campos et s’enfuir avec Lefty (qui s’est emparé d’un couteau et a fait sa part de boulot).

« Okay, salut, p’tit gars, chacun sa route et tout ça », dit Lefty à Johnny, sauf qu’il peut pas larguer comme ça notre godelureau, et vas-y que je te rejoue la grande scène de l’initiation au maniement du revolver. Résultat : lorsque Johnny regagne le cocon familial en compagnie de Lefty, tout le monde, à commencer par son grand frère Steve (Paolo Magalotti), voit bien qu’il a appris à tirer. Jusqu’à Rosaline, la prostipute-chanteuse du saloon local (Maria Cuadra), qui commence à panteler grave.

Hélas, nos deux tourtereaux ont à peine entamé les préliminaires que Lefty se manifeste : y a une diligence à attaquer vite fait, car elle apporte un trésor destiné aux Campos ! Et que je me mets un foulard noir sur le visage et que je braque la diligence vite fait. Sauf qu’en matière de trésor, que dalle… Excepté la bellissima Giuletta Campos (Cristina Galbó), et c’est le coup de foudre, of course — d’autant plus qu’elle a un Derringer dans son sac à main et démasque Roméo en un tournemain !

Vous voyez le topo, et la scène suivante nous éclaire un peu plus si nécessaire. Papa Campos a fait rappliquer Juliette pour la marier au shérif — une idée de Rodrigo — et elle apprécie vraiment pas, mais alors pas du tout. Et quand elle surprend Johnny venu incendier l’hacienda, c’est plus avec un Derringer qu’elle l’accueille mais carrément avec une carabine. Et c’est ainsi que leur amour est consommé. (En guise de balcon, on a droit à une diligence à l’arrêt — je précise.)

Bon, je vais pas vous raconter tout le film, z’avez qu’à faire comme moi et commander le DVD. Mais permettez-moi de me fendre quand même de quelques remarques…

Parmi les responsables de ce chef-d’œuvre, on trouve au scénario une dénommée María del Carmen Martinez Román, dont le nom vous est sûrement familier — Tire encore si tu peux et Requiem pour un gringo, c’était déjà elle* !

On comprend alors la dimension psychofreudienne velue qui apparaît dès la première vision de cette perle. Exemple : j’ai dit que notre Johnny, au début de l’action, n’était pas cap de tirer aussi bien que ses deux frangins ; ben, il s’est exercé en solitaire à dézinguer la girouette-emblème des Campos, mais en public, il y arrive pas — contrairement aux deux frangins suscités. Je vous laisse le soin de l’interprétation, et j’ajoute que Maman Mounters (Anna Maria Noé, la matriarche des MacGregor dans les deux films de Giraldi et l’habitante de la ville fantôme de Matalo !) sait se servir d’un flingue mais préfère ne pas.

Par ailleurs, si le shérif Cooper est dans le camp des Campos, c’est parce qu’un pacte superstitieux le lie à Rodrigo : il allait arrêter celui-ci et les deux hommes ont dégainé et tiré en même temps. Résultat : leurs balles se sont percutées et ont fusionné ! Je vous raconte pas la dimension crypto-homo du truc, et le shérif est d’ailleurs bouleversé lorsque notre Rodrigo finit par mordre la poussière.

Pour conclure sur ce chapitre, on notera la dimension eunuque de certains personnages : Lefty (dont la main droite est remplacée par un crochet) et le pauvre juge, qui aurait dû être scalpé par les Indiens, mais voilà, il était chauve, alors… Brr.

Je vous raconte pas non plus la fin du film, avec une ultime minute qui bascule… que dis-je : qui décolle dans le fantastique voire dans le bunuélien (j’attends qu’un fan cultivé genre Inisfree nous dise ce qu’il en pense). Cette scène finale fut excisée de pas mal de versions et il faut se réjouir de pouvoir enfin la savourer.

Quelques notes sur les acteurs, pour finir :

Peter Lee Lawrence est impeccable dans son registre. Un Roméo de première.

Dans le rôle de Guiletta, la bellissima Cristina Galbo est adorable.

Peter Martell et Piero Lulli sont impériaux.

Pour ce qui est des seconds rôles, pas une faute de goût. On reconnaît des têtes connues comme Luciano Catenacci (un homme de main des Campos), Angel Aranda (le curé) et, paraît-il, Paul Naschy, célébrissime pour ses contributions au cinéma fantastique espagnol (apparition ultra-brève lors d'une scène de bras de fer). J’ignore aussi qui joue le second fils Campos et le second fils Mounters — pas des têtes assez connues pour moi. Rex Lee, au boulot !

Bref, tout le monde est parfait.

Pour ce qui est de la mise en scène, c’est du western all’italiana baroque comme je l’aime, avec une utilisation audacieuse des gros plans et les paysages espagnols que nous aimons tous. Rien à redire.

Le DVD est de la qualité à laquelle Koch Media nous a habitués. Image impeccable (quelques défauts çà et là, mais ils sont à mon avis imputables à la pellicule), versions italienne et allemande, sous-titres allemands et anglais (parfois zarbi, les ST anglais, mais j’ai quand même compris).

Breccio a dit : allez-y voir de plus près. Le DVD est trouvable facilement sur amazon.de, son titre allemand c’est Glut der Sonne et vous n’avez aucune raison de vous en priver.

B.

PS : à noter parmi les bonus un entretien avec Antonio Bruschini, l’un des co-auteurs de Western all’italiana (Glittering Images) — c’est de l’italien avec ST allemands, alors j’ai dû passer avec regret. À noter que dans ledit Western all’italiana, Antonio Bruschino écrit que le metteur en scène, Gianni Puccini — plutôt spécialisé dans la comédie — a peut-être confié la réalisation des scènes les plus sadiques à ses assistants, parmi lesquels figure Gianni Amelio, également assistant de Giulio Questi sur Tire encore si tu peux. Tout se tient.

____________________________________________________________
* Encore que, selon Giulio Questi, María del Carmen Martinez Román n'aurait en rien contribué à l'écriture de son film.

Breccio
Sergio Leone

Messages : 1272
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 62
Localisation : Blagnac

Voir le profil de l'utilisateur http://baskerville.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Rex Lee le Dim 11 Avr - 17:20

Ben , je ne sais pas qui joue le second fils Mounters ...
En revanche ,le second fils Campos est interprété par l'acteur espagnol JOSE RUBIO dont c'est le seul western , excepté un Zorro...( "El Zorro cabalgando otra vez " , 1965 , de Ricardo Blasco.)
Paul Naschy a un tout petit rôle ; c'est l'adversaire malheureux de Luciano Catenacci dans la partie de bras de fer.
Le curé n'est pas interprété par Angel Arranda ( l'un des 3 fils des "Cruels" de Corbucci ) ,mais par ANGEL ALVAREZ , le tenancier du saloon de "Django" de Corbucci.
Dans ce superbe western flamboyant , il ya aussi ( je ne sais plus si Breccio les a cités ) : Andres Mejuto ( Lefty ) , Rufino Ingles ( le père Campos )Luis induni ( le père Mounters )...
Mirella Pamphili est aussi au générique .Cette actrice , vue dans "Le grand Silence" (prostituée blonde ) et dans "Django défie Sartana" ( rôle important de la maîtesse du vilain ) est un mystère et bien que figurant au générique d'une bonne quarantaine de westerns , l'identifier est problèmatique. C'est ,en effet , un actrice "C.S.C."(centro sperimentale di ,cinematografia ),sorte d'école , je crois .Lorsqu'un diplômé de cette école figurait au générique d'un film , ce film était subventionné.( J'ai lu cela quelque part , je cite de mémoire , en espérant ne pas me tromper .)Du coup , ces acteurs avaient soit de tout petits rôles (pourquoi , puisqu'ils étaient diplômés ?) ou pas de rôle du tout...c'étaient des prête-noms .Il en est ainsi d' Ivan Scratuglia , Ugo Adinolfi , Luigi Antonio Guerra et quelques autres .Donc là , je n'ai pas vu Mirella Pamphili !

P.S : Depuis que j'ai écrit ce message , j'ai revu le film et j'ai pu voir Mirella Pamphilli ...C'est la seveuse de la taverne qui , au comptoir , sert à boire à Peter Lee Lawrence . Un tout petit bout de rôle ...



Dernière édition par Rex Lee le Mer 20 Oct - 6:06, édité 1 fois

Rex Lee
Sergio Leone

Messages : 4347
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 60
Localisation : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Rex Lee le Sam 3 Juil - 6:28




Ana Maria Noe / Peter Lee Lawrence






Andres Mejuto






Cristina Galbo







Peter Martell / Peter Lee Lawrence






Piero Lulli







José Rubio / Rufino Ingles






Le final...


Dernière édition par Rex Lee le Mer 17 Fév - 9:19, édité 2 fois

Rex Lee
Sergio Leone

Messages : 4347
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 60
Localisation : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Personne le Sam 3 Juil - 8:01

Bon c'est une adaptation de Romeo et Juliette, les Campos sont les Capulets et les Mounters les Montaigus, ce n'est pas très fin mais c'est efficace. Very Happy
A noter la chemise à grosse couture de Johnny Romeo qui rappelle les costumes du XVIème siècle.
Sinon on se dit qu'on connait la fin... mais finalement non, donc bien surpris par ce final et quel final!! Shocked

P.s: J'ai adoré la rencontre entre Johnny Romeo et Guilietta. Les regards qu'ils s'échangent sont magnifiques, la petite brise qui fait bouger les petites boucles de Guilitta, les champs contre champs. Love at first sight! Cool

_________________

Personne
Sergio Leone

Messages : 6293
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 48
Localisation : Lone Pine, CA

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  AkpStyl le Lun 8 Nov - 16:30

Bibi de repos cette aprème, la dame au boulot, les enfants à la crèche et à l'école, du coup j'en profite et regarde ce western, et là.... WOUAOUHHH !!! Quel film mais quel film !! J'avoue pendant la première demi heure, sans m'ennuyer je me disais, bon classique quoi, et après ça monte en flèche et en puissance, pour un final HALLUCINANT, j'en étais même à me demander si HEAT a effectivement le plus long gunfight de l'histoire du cinéma. Il ya quelques scènes comique, où j'ai bien rigolé, lors de la scène de bagarre au saloon, et surtout (peut être suis je bon public) lors de l'attaque de la diligence, ou une femme si on regarde de plus près s'avère être un homme. Quand à notre beau couple, je l'ai trouvé touchant et convaincant, et la Juliette, plutôt sympa à regarder ^^ !!!
Ya même une scène où on se dit quand même les temps change, Giulietta insulte Johnny d'assassin, elle se prend une mandale phénoménale, et une fois par terre lance un gros sourire encourageant à son roméo, à l'heure où si Chantal oublie le Cantal ça fait un scandale, j'avoue avoir eu le sourire aux lèvres.
Enfin bref, je ne suis pas fort pour la critique, mais pour ceux quin'ont l'ont pas vu, ruez vous dessus, ce film est incroyable et in contournable, un chef d'oeuvre du western transalpin.

PS : vous trouvez pas que Peter Lee Lawrence ressemble un peu à Alain Delon (allez de loin au moins What a Face )

AkpStyl
Sergio Corbucci

Messages : 872
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 38
Localisation : Par là bas

Voir le profil de l'utilisateur http://olampiao.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  old timer le Lun 8 Nov - 19:23

J'aime aussi beaucoup ce film, avec le temps ce que je trouvais des faiblesses sont presque devenues des qualités à mes yeux :
- le final fantastique, que rien ne laissait prévoir, le film étant très classique et rationnel jusque là
- la musique du générique, jolie mais un peu trop pop et légère à mon goût pour cette histoire - qui ne s'apprécie que rétrospectivement, une fois que l'on s'est aperçu que ce "Roméo et Juliette" n'est pas la tragédie telle qu'on la connait.

Il y a beaucoup de morts, c'est le moins qu'on puisse dire: les 2 familles sont exterminées, mais les tourtereaux en réchappent! Si on y réfléchit bien, d'ailleurs, c'est exactement le contraire de ce que dit la pièce!
mais ça reste un très beau film, à voir sans hésitation (DVD Koch Media, exemplaire)

old timer
Sergio Corbucci

Messages : 980
Date d'inscription : 20/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Tom Betts le Lun 8 Nov - 20:00

Dove si spara di piu - Italian title
La furia de Johnny Kid - Spanish title
Hirttäjäiset - Finnish title
Un doigt sur la gachette - French title
Glut der Sonne - German title
A faria de Johnny Kid - Portuguese title
Ride for a Massacre (Where They Shoot the Most) - English title
Love, Hate and Vengeance - English title
The Ultimate Gunfighter - English title
The Fury of Johnny Kid - English title

A 1966 Italian, Spanish, co-production [Framer Films (Rome), Hispamer Films P.C. (Madrid)]
Producer: Francesco Merli
Director: Gianni Puccini
Story: María del Carmen Martínez Román based on ‘Romeo and Juliet’ by William Shakespeare
Screenplay: María del Carmen Martínez Román, Bruno Baratti
Cinematography: Mario Montuori [Technicolor, Techniscope]
Music: Gino Peguri
Running time: 89 minutes

Cast:
Johnny Monter - Arthur Grant (Peter Lee Lawrence)
Giulietta Campos/Juliette Wolff - Cristina Galbo
Roselyn/Lezerinf - Maria Cuadra
Lefty - Andrés Mejuto
Sheriff Cooper - Piero Lulli
Rodrigo Campos/Wolff - Peter Martell
Blackie - Jacinto Molina
Campos’ son - José Rubio
Senor Campos/Wolff - Rufino Inglés
Bill Monter - Luis Induni
Mrs. Monter - Ana María Noé
priest - Ãngel Ãlvarez
Steve - Paolo Magalotti
Campos/Wollf henchmen - Poldo Bendandi, Lewis Lawrence (Luciano Catenaci)
Giulietta’s/Juliette’s maid - Eulalia Tenorio
saloon girl - Mirella Pamphilli


Tom Betts
Léon Klimosky

Messages : 134
Date d'inscription : 06/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Rex Lee le Lun 16 Jan - 7:53




Une sacrée collection!

_________________

Dis-donc, toi, tu sais que tu as la tête de quelqu’un qui vaut 2000 dollars?

Rex Lee
Sergio Leone

Messages : 4347
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 60
Localisation : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Rex Lee le Ven 11 Juil - 8:23

Les Espagnols ont tout ce qu'il faut:





_________________

Dis-donc, toi, tu sais que tu as la tête de quelqu’un qui vaut 2000 dollars?

Rex Lee
Sergio Leone

Messages : 4347
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 60
Localisation : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Rex Lee le Mer 29 Oct - 8:22


_________________

Dis-donc, toi, tu sais que tu as la tête de quelqu’un qui vaut 2000 dollars?

Rex Lee
Sergio Leone

Messages : 4347
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 60
Localisation : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Edocle le Jeu 23 Avr - 8:50


_________________

Edocle
Sergio Leone

Messages : 3338
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 70
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  MARCHAND le Jeu 23 Avr - 15:20



Plus originale...

MARCHAND
Sergio Leone

Messages : 5473
Date d'inscription : 06/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Richards le Sam 25 Avr - 17:33

Le film en v.o:





Et c'est vrai qu'il est bon celui-là. Le résumé de Breccio aide à sa compréhension mais la mise en scène est si fluide que c'est clair comme de l'eau de roche.

Je crois que son réalisateur n'a pas fait d'autres westerns. C'est bien dommage.

Richards
Sergio Corbucci

Messages : 961
Date d'inscription : 18/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Rex Lee le Mar 23 Fév - 9:08













Mirella Pamphili





Luciano Catenacci





Paul Naschy






María Cuadra







Peter Martell






Ángel Álvarez






_________________

Dis-donc, toi, tu sais que tu as la tête de quelqu’un qui vaut 2000 dollars?

Rex Lee
Sergio Leone

Messages : 4347
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 60
Localisation : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Sitting Bull le Mar 23 Fév - 10:55

Pour la musique.(Gino Peguri)


Sitting Bull
Sergio Sollima

Messages : 607
Date d'inscription : 05/10/2010
Age : 79
Localisation : La forêt landaise

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Sitting Bull le Mar 23 Fév - 10:58

Armement au crochet !  Very Happy


Sitting Bull
Sergio Sollima

Messages : 607
Date d'inscription : 05/10/2010
Age : 79
Localisation : La forêt landaise

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Sitting Bull le Mar 23 Fév - 12:10

Rex Lee a écrit:





Sitting Bull
Sergio Sollima

Messages : 607
Date d'inscription : 05/10/2010
Age : 79
Localisation : La forêt landaise

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Edocle le Mar 23 Fév - 12:18

Ouais, on préférera cette version :



au final somptueux :





_________________

Edocle
Sergio Leone

Messages : 3338
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 70
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Sitting Bull le Mar 23 Fév - 12:51

Bien sûr que c'est meilleur. Si on peut la faire sans faute ! Very Happy

Sitting Bull
Sergio Sollima

Messages : 607
Date d'inscription : 05/10/2010
Age : 79
Localisation : La forêt landaise

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Edocle le Mar 23 Fév - 13:30

Sitting Bull a écrit:Bien sûr que c'est meilleur. Si on peut la faire sans faute !  Very Happy
Question Question Si c'est pour débattre de la redondance entre le "où avec accent" qui a ici la valeur de "quand"
et le "quand", on peut discuter !
En bon français il aurait fallu écrire soit:
"Le jour où... on sème la mort..."
soit
"Le jour... quand on sème la mort..."
Ouais, j'ai eu ce débat avec une correctrice de la maison, mais je maintiens
que mon inculte de cowboy dit bien : "Le jour... où quand on sème la mort..." Na ! Very Happy
Et s'il y a d'autres fautes, ben oui ça arrive...
malgré deux relectures par nos deux profs de Français... Shocked Shocked

_________________

Edocle
Sergio Leone

Messages : 3338
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 70
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Sitting Bull le Mar 23 Fév - 15:41

En fait c'est le positionnement des sous-titres sur les images qui peut induire en erreur et je pense que tu as raison. Very Happy
Si on lit la phrase d'une seule traite, le "ou" (option) devient un complément circonstanciel de lieu. Il faut bien l'accent. Laughing



Dont acte. Embarassed

Sitting Bull
Sergio Sollima

Messages : 607
Date d'inscription : 05/10/2010
Age : 79
Localisation : La forêt landaise

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Edocle le Jeu 25 Fév - 9:33

Quelques photos d'exploitation allemande :










_________________

Edocle
Sergio Leone

Messages : 3338
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 70
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Edocle le Ven 26 Fév - 12:02

Nouvelle version HD, traduction reprise !!!
Et sous-titres plus lisibles !!!







_________________

Edocle
Sergio Leone

Messages : 3338
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 70
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Sitting Bull le Ven 26 Fév - 12:44

Ben oui. Ça, c'est de la belle ouvrage ! Very Happy

Sitting Bull
Sergio Sollima

Messages : 607
Date d'inscription : 05/10/2010
Age : 79
Localisation : La forêt landaise

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un doigt sur la gâchette - Dove si spara di più - Gianni Puccini - 1967

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum