L’héritier de Zorro - Mario Soldati - 1952

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’héritier de Zorro - Mario Soldati - 1952

Message  hugues le Mar 9 Nov - 14:30

L’héritier de Zorro
Il sogno di Zorro

Réalisation: Mario Soldati
Scénario : Mario Amendola, Ruggero Maccari, Marcello Marchesi, Sandro Continenza
Photographie: Carlo Montuori, Mario Montuori
Musique: Mario Nascimbene
Produit par : ICS
Année de sortie: 1952

Distribution:
Walter Chiari (Don Raimundo Esteban), Delia Scala (Gloria/ Estrella/ Dolores), Victorio Gassman (Don Juan), Carlo Ninchi (Don Esteban Contrero), Sophia Loren (Conchita), Michèle Philippe (Marzia), Luigi Pavese (don Garcia Fernandez), Juan de Landa (Cesar/ Pedro), Anna Arena, Giacomo Furia, Augusto di Giovanni, Michele Malaspina, Nietta Zocchi

Rien ne va plus chez les riches héritiers du grand Zorro. Alors que le fils, désormais sextagénaire, perpétue tant bien que mal la tradition (il marque ses têtes de bétail d’un Z signé à la pointe de l’épée !), le petit-fils Raimundo est devenu, depuis une chute de cheval, un garçon complétement idiot, effeminé et « gnangnan ».
Mais le destin veille : Lors d’une attaque de diligence, il reçoit un grand coup sur la tête ce qui lui redonne sa vrai personnalité : celle d’un lion, audacieux, séducteur et batteleur intrépide…

Un curieux film…
Pour son 1er western (pris au sens large), Walter chiari tient le role vedette, un double rôle en fait qui anticipe en quelque sorte le « Docteur Jerry et Mister Love » de Jerry Lewis. En effet, Chiari enchaine, pendant tout le film, le rôle du benet et celui du justicier séducteur. Il suffit de lui donner un coup sur la tête pour déclencher la transformation…
Le résultat est curieux, Chiari surjoue dans son rôle de benet, il fatigue. Par contre, il n’est pas toujours convaincant en super héros et garde toujours un petit coté « benet ». Ce n’est pas très logique par rapport à la cohérence du scénario, mais, apres tout, on prend les films comme ils sont, on ne les refait pas…
Principalement tourné en studio, le film ne regorge pas de chevauchées et de duels. L’essentiel de l’histoire se passe à l’interieur de l’acienda ou Chiari est invité et où les comploteurs (qui le prennent pour le gouverneur) veulent l’assassiner par des pièges dignes de « SAW ». Ce sont les meilleurs moments du film, les plus aptes à susciter du rire.
Dans le role du méchant, Vittorio Gassman est égal à lui-même, il joue de bonne grâce les faire-valoir. Son affrontement final avec Chiari est interminable, mais je suppose qu’on voulait finir le film en apothéose dans un style débridé à la « Tex Avery »… Quand je vous disais que ce film est assez curieux.
avatar
hugues
Enzo G. Castellari

Messages : 331
Date d'inscription : 12/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum