Le Dernier des salauds - Il pistolero dell'Ave Maria - Ferdinando Baldi - 1969

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Dernier des salauds - Il pistolero dell'Ave Maria - Ferdinando Baldi - 1969

Message  Breccio le Ven 9 Avr - 9:03

La guerre de Troie est enfin terminée ! C’est un Agamemnon triomphant qui regagne Mycènes, où l’attendent Clytemnestre, son épouse aimante, son fils Oreste et sa fille Electre. Hélas ! il ignore que Clytemnestre et son amant, Egisthe, ont juré sa perte, et, alors que la fête bat son plein, son épouse traîtresse, après avoir endormi sa méfiance, le tue impitoyablement avec la complicité de son amant, sous les yeux horrifiés de la petite Electre. Oreste, quant à lui, a été emmené au loin par une fidèle nourrice, et le jeune Pylade, son plus fidèle ami, n’a pu qu’assister impuissant au massacre de la maisonnée.

Bien des années plus tard, le même Pylade, ravagé dans sa chair comme dans son esprit, aimant Electre d’un amour impossible, se met en quête d’Oreste afin qu’il venge son père et lave dans le sang l’honneur bafoué de sa dynastie…

Un instant, Breccio ! Qu’est-ce que tu nous racontes là ? C’est un site de western, ici, pas de péplum ! Alors, c’est quoi, ce délire ?

Pardon.

Pouf, pouf.

La guerre d’indépendance du Mexique est enfin terminée ! C’est un général Carrasco (José Suarez) triomphant qui regagne Oaxaca, où l’attendent Anna (Luciana Paluzzi), son épouse aimante, son fils Sebastian et sa fille Isabel. Hélas ! il ignore qu’Anna et son amant, Tomas (Alberto de Mendoza), ont juré sa perte, et, alors que la fête bat son plein, son épouse traîtresse, après avoir endormi sa méfiance, le tue impitoyablement avec la complicité de son amant, sous les yeux horrifiés de la petite Isabel. Sebastian, quant à lui, a été emmené au loin par une fidèle nourrice, et le jeune Rafael, son plus fidèle ami, n’a pu qu’assister impuissant au massacre de la maisonnée.

Bien des années plus tard, le même Rafael (Peter Martell), ravagé dans sa chair comme dans son esprit, aimant Isabel (Pilar Velazquez) d’un amour impossible, se met en quête de Sebastian (Leonard Mann) afin qu’il venge son père et lave dans le sang l’honneur bafoué de sa dynastie…

Bon, et là, ça va ? On est au Mexique, dans les années 1870, tout le monde est armé d’un Colt ou d’une Winchester plutôt que d’une javeline, et ils sont tous à cheval. Je peux continuer ? On est bien dans le western pur et dur ?

Merci.

Le motif de la vengeance est l’un des plus prégnants du western all’italiana, alors pourquoi pas revenir à l’histoire de vengeance la plus connue de la tragédie grecque, à savoir l’Orestie, pour trousser un scénario de spaghetti ? C’est ce qu’ont fait Baldi et ses coscénaristes (Pier Giovanni Anchisi, Vincenzo Cerami, Federico De Urrutia & Mario di Nardo). Comme la tragédie grecque n’est plus guère enseignée dans nos écoles, vous êtes excusé si vous ne voyez pas de quoi je cause. Faites une petite recherche sur le net ou consultez l’indispensable Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine de Pierre Grimal (PUF – 15e édition, 2002, pour l’exemplaire en ma possession), et vous comprendrez de quoi il retourne.

Non seulement les grandes histoires sont éternelles, mais en plus ça fait un sacré bail qu’on les a écrites. Celle-ci est du nombre et, quand on la connaît un peu, on apprécie d’autant mieux les tours et les détours de cette adaptation western.

Deux exemples pour illustrer mon propos :

1. Dans certaines versions, pour citer Grimal : « Elle (Clytemnestre) prépare pour lui (Agamemnon) un vêtement dont les manches et le col sont cousus et qui l’embarrasse au moment où il sort du bain et où il essaie de s’habiller, ce qui permet de le frapper sans risque. » Dans le film de Baldi, Anna cache la veste de Carrasco afin d’attirer celui-ci dans un endroit où Tomas peut le poignarder dans les meilleures conditions.

2. Après avoir perpétré son forfait, « Egisthe (je cite encore Grimal), pour éviter qu’Electre ne mette au monde un fils qui pourrait venger le meurtre d’Agamemnon, a marié la jeune fille à un paysan installé loin de la ville. Mais son mari a respecté sa virginité. » Dans le film de Baldi, le paysan devient un humble commerçant (Luciano Rossi, excellent), qui s’allie aux vengeurs le moment venu.

Quand on ne connaît pas l’histoire qui sert de templet à nos scénaristes, on risque malheureusement de perdre pied assez vite, et c’est ce qui est arrivé à pas mal de commentateurs, à en juger par certaines critiques publiées ici et là. Ce qui donne une petite idée des limites de l’entreprise. Oui, Baldi et ses collaborateurs se sont montrés plutôt gonflés en nous concoctant ce film. On peut estimer qu’ils auraient dû opter pour la simplicité plutôt que d’ajouter des fioritures inutiles.

Premier exemple : Francisco (Piero Lulli), un homme de main de Tomas, a castré Rafael pour le châtier, ce qui accroît la dimension tragique du personnage, et fournit une assez jolie symétrie avec le personnage d’Isabel, vierge éternelle, mais débouche sur une impasse du point de vue scénaristique.

Deuxième exemple…

ATTENTION : SPOILER !

… on apprend lors de la scène finale qu’Anna n’est pas la vraie mère de Rafael et d’Isabel, ce qui plonge cette dernière dans la folie. Malheureusement, cette révélation fout tout le scénario en l’air si on y réfléchit cinq secondes (essayez).

FIN DU SPOILER.

Par ailleurs, si, dans le mythe fondateur, les agissements de Clytemnestre s’expliquent par le sacrifice de sa fille Iphigénie perpétré par Agamemnon, dans le film, si j’ai bien compris, Anna agit comme elle le fait uniquement parce qu’elle a le feu aux fesses. C’est un peu court. À sa décharge (si j’ose m’exprimer ainsi), elle finit par être dévorée par le remords…

Bilan final : un film très attachant, visuellement assez époustouflant (excellente utilisation des décors naturels, de la couleur et de la texture), bénéficiant d’une troupe d’acteurs dans l’ensemble épatants (Peter Martell est d’une intensité parfois électrique, Alberto de Mendoza est parfait dans le registre méchant visqueux, j’ai déjà signalé la prestation de Luciano Rossi, Pilar Velasquez est belle à damner un saint ; on voit passer les trognes familières de José Manuel Martin et de Franco Pesce ; seul Leonard Mann m’a paru un peu léger dans le registre jeune premier ténébreux), avec en plus une musique – signée Roberto Pregadio – qui ne quittera pas votre crâne de sitôt.

Breccio a dit : allez-y voir de plus près.

Comment visionner ce film ?

C’est assez facile. Il existe un DVD en français ayant connu au moins deux éditions, sous le titre Les Pistoleros de l’Ave Maria, également vendu en pack avec Captain Apache (1971), un film dispensable signé Alexander Singer, avec Lee Van Cleef, sa perruque et ses talents de chanteur. En plus, on trouve plein d’autres éditions allemandes, anglaises, etc.

Reste un problème. Aussi bien Jean-François Giré dans son livre Il était une fois… le western européen que les éditeurs de Western all’italiana indiquent pour ce film une durée de 88 minutes, et la durée de la plupart des DVD disponibles n’est que de 80 minutes. Selon « Mortimer », qui déclarait le 6 avril 2006 sur le forum westernmovies.fr : « La mort du méchant et l’incendie final servent de prétexte à un ultime flash-back (on peut le voir dans la version italienne) de plus le DVD est amputé de deux scènes avec l’excellent Piero Lulli. » Cet « ultime flash-back » contient-il d’autres révélations ? Personnellement, j’en ai eu mon content à la vision des 80 minutes de cet excellent petit film.

B.
avatar
Breccio
Sergio Leone

Messages : 1277
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 63
Localisation : Blagnac

Voir le profil de l'utilisateur http://baskerville.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Dernier des salauds - Il pistolero dell'Ave Maria - Ferdinando Baldi - 1969

Message  Rex Lee le Sam 14 Aoû - 9:29

La critique de cet excellent western par Breccio étant on ne peut plus complète , ne reste plus , pour l'heure , qu'à ajouter quelques illustrations :




Leonard Mann/ Peter Martell



Alberto de Mendoza / Luciana Paluzzi


Peter Martell / Piero Lulli / Leonard Mann



Pilar Velasquez / Leonard Mann


Jose Manuel Martin ( au centre )
avatar
Rex Lee
Sergio Leone

Messages : 4552
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 61
Localisation : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Dernier des salauds - Il pistolero dell'Ave Maria - Ferdinando Baldi - 1969

Message  old timer le Sam 14 Aoû - 19:33

Un film absolument formidable à conseiller à tout le monde. Connaitre l'histoire des Atrides n'est pas nécéssaire pour l'apprécier mais c'est un plus incontestable. Peter Martell, Piero Lulli notamment sont excellents !

Et surtout le point fort du film, ce sont les décors, très variés et magnifiques, notemment en ville (la place espagnole entourée de balcons en bois, l'hacienda du méchant..) ! Un vrai plaisir visuel ! Quand on ajoute que la musique elle aussi est à la hauteur, on n'a plus qu'une chose à faire : le revoir !

old timer
Sergio Leone

Messages : 1076
Date d'inscription : 20/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Dernier des salauds - Il pistolero dell'Ave Maria - Ferdinando Baldi - 1969

Message  Il Ritardario le Jeu 4 Nov - 22:30

[img][/img]
avatar
Il Ritardario
Sergio Sollima

Messages : 610
Date d'inscription : 30/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Dernier des salauds - Il pistolero dell'Ave Maria - Ferdinando Baldi - 1969

Message  El Puro le Jeu 4 Nov - 22:55


Leonard Mann


Peter Martell


Luciana Paluzzi


Piero Lulli


Pilar Velasquez


José Suárez









avatar
El Puro
Michele Lupo

Messages : 418
Date d'inscription : 20/09/2010
Localisation : Allemagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Dernier des salauds - Il pistolero dell'Ave Maria - Ferdinando Baldi - 1969

Message  Il Ritardario le Jeu 4 Nov - 22:59

Ce qui m'a fait bien marrer dans cet excellent film, c'est le visage luisant et bien bronzé de tous les protagonistes farao bounce bounce What a Face
avatar
Il Ritardario
Sergio Sollima

Messages : 610
Date d'inscription : 30/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Dernier des salauds - Il pistolero dell'Ave Maria - Ferdinando Baldi - 1969

Message  Ronald le Mar 7 Juin - 13:43

Des acteurs excellents, une musique inoubliable (entendue dans le jeu vidéo Red Dead Revolver) et de somptueux décors...
Tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce film un excellent western. Certains trouveront peut-être que ça manque de fusillades, mais bon, on a tout de même droit à solides bagarres entre Lulli/Mann et Martell.
Bref, un film que je ne tarderai pas à revoir...
avatar
Ronald
Michele Lupo

Messages : 407
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 43
Localisation : Belgique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Dernier des salauds - Il pistolero dell'Ave Maria - Ferdinando Baldi - 1969

Message  Trinita le Lun 22 Juil - 21:09

Très très bon film au scénario pointu, à la distribution impeccable notamment Leonard Mann en vengeur monolithique aux yeux verts et des fusillades peux nombreuses mais violentes et expéditives.
Quant à la version de 88 minutes, quelqu'un l'a vu ?




_________________
Quand on n'a pas d'argent, faut utiliser son cerveau (Luigi Cozzi)
L'alcool peut être le pire ennemi d'un homme, mais la bible nous dit d'aimer nos ennemis (Frank Sinatra)
avatar
Trinita
Sergio Leone

Messages : 5484
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 34
Localisation : Angers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Dernier des salauds - Il pistolero dell'Ave Maria - Ferdinando Baldi - 1969

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum