ALMERIA, L'ESPAGNE, LE WESTERN SPAGHETTI ET LE CINEMA: DES LIVRES, DES ARTICLES ET DES LIEUX.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ALMERIA, L'ESPAGNE, LE WESTERN SPAGHETTI ET LE CINEMA: DES LIVRES, DES ARTICLES ET DES LIEUX.

Message  JO le Ven 14 Mai - 20:39

Ce topic se propose de recenser tous les livres sortis ces dernières années sur les lieux et décors du western spaghetti, et plus généralement de l'Espagne, plateau de cinéma.

Nos amis espagnols ont tardé avant de publier leurs recherches sous forme d'ouvrages accessibles au public. Dans les années 1980 et 1990, on ne trouvait rien sur le sujet, si ce n'est au hasard d'un guide ou d'articles de journaux.

Il faut attendre l'extrême fin de la décennie des 90' pour voir sortir des livres sur le sujet, ce qui m'a toujours étonné.

Le dossier Almeria 1980, montré d'abord sous le titre Back in Time in Almeria sur le Spaghetti Western Web Board, est né de l'impossibilité qu'il y avait à se documenter sur le sujet il y a trente ans: sans ses propres voyages et photographies, il n'y avait rien.

JO

www.almeria1980.blogspot.com


Dernière édition par JO le Dim 14 Oct - 10:54, édité 1 fois

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"ALMERIA" GUIA EVEREST, 1967.

Message  JO le Ven 14 Mai - 20:46



Edition originale de 1967, la première dans cette collection sur Almeria (soit photographies et documentation sur la région de 1966).

Photographies de Carlos Perez Siquier, texte de B. Martin del Rey. Nombreuses images du Cabo de Gata et des villages blancs (Pozo de Los Frailes), photographie du set d'El Paso et vues du désert de Tabernas. Quelques planches couleurs.

Encore disponible d'occasion.

[Quelques images de Carlos Perez Siquier concernant les décors sur www.almeriablogspot.com ]

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ALMERIA, GUIA EVEREST, 1980.

Message  JO le Ven 14 Mai - 20:53



Dans les années 1970, le guide change et devient tout en couleurs. Edition espagnole de 1980 ci-dessus.

Plusieurs photographies de Carlos Perez Siquier concernant tournages et décors (El Paso, village de Carlo Simi, Boulevard du Rhum, Doc Hollyday), années 1970.

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

AFAL

Message  JO le Ven 14 Mai - 21:12



La revue AFAL, 1956-1963, est une revue almeriense (Aggrupacion Fotografica Almeriense) d'avant-garde dédiée à tous les arts, publiée sous l'impulsion de Carlos Perez Siquier, une des figures majeures de la photographie espagnole.

C'est donc tout naturellement que AFAL s'intéresse au cinéma que l'on commence à faire à Almeria. Perez Siquier rencontre André Cayatte, en septembre-octobre 1956, sur le tournage de Oeil pour Oeil, où Curd Jurgens et Folco Lulli s'affrontent et se perdent sous soleil d'Almeria, ici le Liban.

Le compte rendu du tournage, agrémenté de photographies de Carlos Perez Siquier, donne naissance à une petite suite d'articles consacrés aux lieux d'Almeria, avec ou sans cinéma, jusqu'en 1963, et particulièrement à ceux de Guillermo Bergon, le premier "historien" du cinéma à Almeria et ce jusqu'en 1962-63 , date où la revue s'éteint.

L'ensemble des numéros de la revue est disponible sur un DVD (lisible par Acrobat Reader) accompagnant l'étude de Laura Terre Alonso, Historia del Grupo Fotografico AFAL : 1956/1963, Photovision, 2006.




Carlos Perez Siquier, source : http://lascargaeldiablo.blogspot.com/2009/02/carlos-perez-siquier-maestro-de.html




Carlos Perez Siquier, La Chanca, 1957.


Dernière édition par JO le Sam 15 Mai - 12:10, édité 2 fois

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ESPAGNE DU SUD, JEAN SERMET (1953).

Message  JO le Ven 14 Mai - 21:42



André Cayatte le dit clairement dans l' entretien qu'il accorde à Carlos Perez Siquier sur le tournage deOeil pour Oeil, cet automne de 1956, à Almeria: c' est l' Institut Géographique de Paris qui conseille au metteur en scène français de réaliser dans les Badlands d'Almeria ce qu'il lui est impossible de tourner au Moyen-Orient.

Jean Sermet est alors le meilleur connaisseur en France d'une Espagne alors très fermée sur elle-même. On peut penser ce géographe, par la description qu'il donne de l'Andalousie et d'Almeria dans son livre Espagne du Sud, Arthaud, 1953, agrémenté de belles héliogravures en noir et blanc, l'initiateur d' Almeria, plato de ciné.

Oeil pour Oeil est la première co-production internationale, franco-italienne, tournée en Almeria, co-production où participe la Jolly Films qui finance en 1964 Mon colt fait la loi et surtout Pour une poignée de Dollars: par son succès, ce dernier donne à la province d'Almeria son visage international le plus connu: celui du western spaghetti.

J'ai découvert ce livre en 1985, on peut encore le trouver d'occasion.


Dernière édition par JO le Lun 28 Juin - 16:37, édité 2 fois

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"LA CHANCA. TERRES DE NIJAR", JUAN GOYTISOLO.

Message  JO le Sam 15 Mai - 11:02



L'écrivain Juan Goytisolo, accompagné de Vicente Aranda, alors photographe, traverse tout à la fin des années 1950 la région d'Almeria. Séduit par les gens, la lumière et les paysages, Goytisolo raconte son périple dans un fort beau texte en deux volets: La Chanca et Terres de Nijar , traduit en France par Gallimard en 1964 dans la collection Du Monde entier et réédité depuis.

Mais Goytisolo constate aussi l'immense misère qui sévit tant dans la Chanca (quartier gitan d'Almeria), que dans la province, une des plus abandonnées d' Espagne.
Concentré sur le Campos de Nijar, le récit nous intéresse au plus haut point puisque l'auteur raconte les villages blancs et les paysages ruraux au moment où naît le western spaghetti : San Miguel de Cabo de Gata, San José, Pozo de Los Frailes, Rodalquilar, Los Albaricoques...

Un état des lieux précis et sans concession: la censure franquiste interdit le livre.

L'édition Gallimard ne reprend pas les photographies de Vicente Aranda.

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ALMERIA, PLATO DE CINE, JOSE MARQUEZ UBEDA (1999, 2009).

Message  JO le Dim 16 Mai - 16:00



Première édition, 1999.




Seconde édition 2009.

José Marquez Ubeda, Almeria, Plato de ciné , Instituto de Estudios Almerienses, Almeria, 1999 et 2009.

Il faut attendre 1999 pour voir cet ouvrage, dictionnaire illustré des films tournés à Almeria, depuis le début des années 1950 (La Llamada de Africa, Cesar Fenandez Ardavin, 1952).

Epuisé, disponible enfin de nouveau dans une réédition revue et corrigée, chichement illustrée, quelques erreurs encore cependant ou imprécisions restées.

On la trouve ici, comme toutes les autres publications régionales, dans la plus vaste librairie d'Almeria:

http://www.librerias-picasso.com/libros/ALMERIA-PLATO-DE-CINE/38951/978-84-8108-462-7

Serveur sécurisé pour le paiement, service excellent, envoi courrier express international.


Dernière édition par JO le Jeu 11 Nov - 10:24, édité 2 fois

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ALMERIA, UN MUNDO DE PELICULA, JOSE ENRIQUE MARTINEZ MOYA, 1999.

Message  JO le Dim 16 Mai - 16:17



José Enrique Martinez Moya, Almeria un Mundo de Pelicula, Instituto de Estudios Almerienses, 1999.

L'année 1999 voit tous les espoirs comblés, puisque sort chez le même éditeur, la région d'Almeria, un autre livre, plus historique et sociologique sur les tournages almerienses. L' auteur déborde sur les sites de Guadix (Poblado Leone, La Calahorra) et donne beaucoup d'informations sur les stuntmen locaux et autres. Une réédition, revue et augmentée, de ce livre, Cabalgando Hacia la Aventura, Almeria y la Industrica del cine est annoncée depuis plusieurs années, sans jamais avoir vue le jour encore.


Dernière édition par JO le Jeu 11 Nov - 10:26, édité 1 fois

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"GUADIX Y EL CINE", 2003.

Message  JO le Dim 23 Mai - 9:07



VENTAJAS DOTE, F. et SÁNCHEZ GÓMEZ, M.J.: Guadix y el cine: historia de los rodajes cinematográficos en la comarca accitana (1924-2002) Guadix. Ayuntamiento de Benalúa, 2003.

Une histoire du cinéma à Guadix (Grenade). Ouvrage fort difficile à trouver.

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"IL VICINO WEST", CARLO GABERSCEK, RIBIS, 2007.

Message  JO le Dim 13 Juin - 11:52



Carlo Gaberscek s'est imposé comme le spécialiste des lieux de tournages du western, aux USA, avant de fournir le répertoire le plus complet des lieux de tournage espagnols et italiens, concernant le western méditérannéen. Une partie passsionnante consacrée aux architectures de Carlo Simi.
Indispensable , encore disponible.

Carlo Gaberscek, Il Vicino West, Ribis, 2007.

(Réserve: Gaberscek attribue les séquences almerienses de Pour une poignée de Dollars à Franco Giraldi, suivant en cela les dires de Tonino Valerii, théorie détruite par les propos de Franco Giraldi dans la monographie qui lui est consacrée -et à laquelle a participé Gaberscek -, et les rushes de Pour une poignée de Dollars montrant Leone dirigeant Clint Eastwood au Cortijo El Sotillo, San José (Almeria), vers mai-juin 1964.)


Dernière édition par JO le Dim 14 Oct - 10:56, édité 1 fois

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

LA DEHESA DE NAVALVILLAR DE COLMENAR VIEJO, Plato Cinematografico, T&B, 2008.

Message  JO le Ven 20 Aoû - 10:50



Coordonné par Victor Matellano, cet ouvrage présente les principaux films tournés à Colmenar Viejo (Madrid), agrémenté d'un bon nombre de photographies de tournage, d'exploitation et d'archives (sites, figuration).

C'est ici que fut implanté le Poblado del Oeste Lege y Michelena, qui connut des apparences et des fortunes diverses. Finalement détruit en 1973-1974, il n'en reste plus rien aujourd'hui, comme il ne reste rien des décors de toutes sortes (forts, ranchs, village mexicain) qui y virent le jour: exception faite de la cheminée du Ranch des Pétroleuses...

Quelques courts textes de présentation, signés Géraldine Chaplin, Aldo Sambrell, John Cabrera, José Luis Galicia, ou Victor Matellano, historien du cinéma spécialiste de Colmenar Viejo.

Un fort séduisant ouvrage, qu'on aurait aimé plus développé pour les décors de western (belle photographie -carte postale ?- des années 60 sur la Main Street du Poblado del Oeste ).

Le site de l'éditeur :

http://www.tbeditores.es/


JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ESPLUGAS CITY (Barcelone).

Message  JO le Dim 12 Sep - 13:05



Rafael de Espana et Salvador Juan y Barbot, Mas alla de Esplugas City, (Barcelone), 2005.

Rafael de Espana, je crois médecin de son état, est né en 1950 près de Barcelone. Ce témoin direct et contemporain du cinéma (Bis) barcelonais, histoiren du cinéma espagnol, avait publié en 2005 cet excellent petit ouvrage sur les Studios Balcazar, où se tournèrent de multiples et variées co-productions.

On trouve bien des renseignement sur Esplugas City, Poblado del Oeste construit en plein air en 1964 par les Frères Balcazar, détruit une première fois en 1967 à cause de l' autoroute, reconstruit à quelques dizaines de mètre et définitivement disparu en 1972.

Accessible aussi en e-book :
http://www.publicacions.ub.es/bibliotecadigital/cinema/?codigo=07127

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ALMERIA, PLATO DE CINE, CARLOS PEREZ SIQUIER, 2005.

Message  JO le Sam 9 Oct - 16:49



Almeria Plato de Ciné, Carlos Perez Siquier, Instituto de Estudios Almerienses, 2005.

Epuisé maintenant, un livre superbe, album de photographies de tournages et d'acteurs entre deux plans, prises par Carlos Perez Siquier.

-Cleopatre, Les Amazones, Et pour quelques Dollars de plus, Shalako, Whisky e Fantasmi, Doc Holliday, Oeil pour oeil, ... et des chameaux sur les routes poussiéreuses du désert (pour Lawrence d'Arabie ?), entre autres...




Dernière édition par JO le Jeu 11 Nov - 10:28, édité 1 fois

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

CARLO SIMI L' AMERIQUE DE SERGIO LEONE, 1998.

Message  JO le Mar 26 Oct - 19:53



Publié par le Festival de Cinéma Méditerranéen de Montpellier, il y a tout juste 12 ans, en 1998, pour une rétrospective Sergio Leone.
Carlo Simi y raconte ses décors pour Sergio Leone. Nombreuses photos d'archives, de chantiers et de dessins préparatoires.

Indispensable.

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ALMERIA, L'ESPAGNE, LE WESTERN SPAGHETTI ET LE CINEMA: DES LIVRES, DES ARTICLES ET DES LIEUX.

Message  colonel mortimer le Mer 10 Nov - 21:19

Il y a aussi les publications à télécharger en PDF du site Tabernas de cine :

http://www.tabernasdecine.es/publicaciones.html
avatar
colonel mortimer
Léon Klimosky

Messages : 105
Date d'inscription : 09/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.devildead.com/histoiresdetournages/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ALMERIA, L'ESPAGNE, LE WESTERN SPAGHETTI ET LE CINEMA: DES LIVRES, DES ARTICLES ET DES LIEUX.

Message  colonel mortimer le Ven 19 Nov - 11:19

Un article de "Libération" du 31 juillet 2002 :

Et revit la vallée du western-spaghetti
Par François MUSSEAU

Tabernas envoyé spécial

Les portes du saloon s'ouvrent et, au coup de feu du réalisateur, une joyeuse bande en sort et se disperse le long d'une rue bordée de maisons en bois de type Far West. Le sable soulevé rend l'atmosphère aveuglante. Il y a là une brochette de personnages typiques, un bandit aux éperons d'argent, un shérif à ses trousses, une prostituée de luxe en mousseline rouge, un croque-mort sinistre, un confédéré impuissant... Non loin, une épaisse fumée noire monte au ciel, rendant presque irréelle l'aride sierra environnante. S'ensuivent poursuites à cheval, pétarades et bagarres à n'en plus finir.

C'est jour de tournage à Texas Hollywood, un décor d'Ouest américain à une demi-heure de route d'Almeria (Andalousie), sis dans la vallée désertique de Tabernas, où ne poussent que des herbes rabougries et des cactus. Le cinéaste espagnol Alex de la Iglesia tourne 800 balles, un western qui mêle les recettes du genre à des éléments contemporains, gardes civils, fusils-mitrailleurs, Jeeps, etc.

«Nouvel Hollywood». Le scénario pouvait difficilement mieux coller au lieu et à son évolution. Carlos, un jeune Espagnol, part sur les traces de son grand-père, un cascadeur de Tabernas nostalgique de la splendeur cinématographique des années 60. Sur place, Carlos déchante car son papy s'est reconverti dans des spectacles de western pour touristes. La propriétaire du poblado (un village de western reconstitué) veut vendre. Révoltés, les cascadeurs prennent les armes... Epico-burlesque, désespérée et drolatique, l'histoire de 800 balles n'est autre que la métaphore de Tabernas et de ses poblados : des lieux de tournage mythiques, immortalisés par les westerns-spaghettis de Sergio Leone ou par des «classiques» (Lawrence d'Arabie, Cléopâtre), tombés dans l'oubli au milieu des années 70. C'est dans ces vallées abruptes et sableuses du seul véritable désert d'Europe que le cinéma mondial s'est en partie recréé il y a trente-cinq ans puisque y ont été tournées les scènes les plus mémorables de films comme Il était une fois dans l'Ouest, le Bon, la brute et le truand, les Sept Mercenaires ou le Condor. Une époque où Tabernas se rêvait «nouvel Hollywood». Au total, quelque 500 longs métrages y ont été tournés depuis 1951.

Aujourd'hui, l'impressionnante vallée de Tabernas, zone protégée depuis 1989, ne veut pas mourir et connaît même, depuis quatre ans, un certain revival. Certes, les paysages désolés et la quinzaine de villages blancs, d'aspect mexicain, n'ont pas échappé à la dérive touristique. Sur les trois poblados actuels ¬ on en a compté jusqu'à sept à la grande époque ¬, deux servent exclusivement de parcs à thèmes, façon Disneyland. Quant aux tournages, il n'est plus seulement question du septième art. On y filme des spots publicitaires, des telenovelas, des documentaires sur l'insolite géographie locale.

Pourtant, les réalisateurs de films reviennent aussi, peu à peu. Depuis 1998, une bonne dizaine de productions ont investi les lieux, en majorité des westerns, par exemple, Un dollar pour les morts de Gene Quintano, ou des fresques historiques, tel que Morality Play de Paul McGuigan, un thriller médiéval de 18,2 millions d'euros. Cette superproduction avait reconstitué un fort sur les ruines d'un village minier, grâce au concours enthousiaste de prisonniers de la prison d'Almeria, la capitale de la province.

«Don Quichotte». Ses retrouvailles avec le cinéma, la vallée de Tabernas les doit surtout à un homme, Rafael Molina, un ancien cascadeur qui n'a jamais accepté la mort lente de cette région. En 1971, Franco publie un décret compliquant les coproductions. Pour la vallée, cela sonne le glas : les producteurs étrangers se tournent vers d'autres décors, et les poblados se vident. En 1974, Rafael Molina rachète pour une bouchée de pain Texas Hollywood, poblado isolé construit en 1963 par Sergio Leone pour le tournage de Pour quelques dollars de plus : «Le lieu était complètement à l'abandon, se souvient-il. Les tempêtes de sable avaient éventré la plupart des façades. Les poutres du saloon avaient cédé. J'ai mis sept années, et toutes mes économies, pour remettre ce lieu d'aplomb. On m'a pris pour un fou, pour un Don Quichotte luttant contre des moulins à vent.»

Molina a pris une belle revanche sur la fatalité. Désormais, le poblado de Texas Hollywood a retrouvé son lustre d'antan. L'église évangélique, l'hôtel Bishop, la banque et le saloon ont été agrandis, repeints et refaits à neuf. A l'entrée, précédant deux rues sableuses de l'Ouest américain, un vaste village mexicain a été reconstitué avec son église coloniale, ses cactus, sa fontaine et ses maisons peintes à la chaux. Sous un hangar voisin, un lad donne à boire à cinq bisons et une dizaine de chevaux. «J'ai voulu conserver l'ambiance de l'Ouest», dit Molina. Le vent sec venu de la sierra des Filabres fait grincer les portes et soulève la poussière ; les mouches prolifèrent sous la chaleur écrasante. Ici, pas de publicité ni de trace de modernité, si ce n'est le téléphone et quelques Range Rover. On s'y croirait.

Cet après-midi, le poblado frémit d'activité. Une équipe française y prépare le prochain tournage d'une adaptation au cinéma de Blueberry, la BD de Charlier, par Jan Kounen. Peintres, menuisiers et couturiers s'agitent. Pendant ce temps, dans le saloon, sur la musique d'Ennio Morricone (Il était une fois dans l'Ouest), des apprentis cow-boys jouent une scène de western devant des visiteurs désopilés.

Le cheveu blond et bouclé, le ventre proéminent sanglé dans un débardeur, un collier multicolore, Rafael Molina ¬ la quarantaine avancée ¬ a tout du personnage atypique. «Hormis un endroit en Yougoslavie, c'est le dernier vrai poblado de western en Europe, clame-t-il. Tous les grands acteurs, de Clint Eastwood à De Niro, sont passés par là. Et je veux que ça continue. De toute façon, le western est éternel, il va bientôt falloir en tourner d'autres. Alors, il y a de l'espoir...» Il reconnaît que, malgré la journée facturée 2 500 euros et 7 employés à l'année, son négoce reste précaire, les tournages restant rares. Mais il désigne un autre responsable : les autorités locales. «Elles n'ont rien fait pour m'aider. J'ai obtenu l'eau courante seulement l'an dernier. De l'argent venu de Bruxelles a disparu on se sait où.»

Il n'est pas seul à pester contre le pouvoir politique. A Mini-Hollywood, un poblado voisin converti en un immense parc à thèmes sur le western, le gérant Placido Martinez acquiesce : «Tabernas, ce devrait être un patrimoine extraordinaire pour la région. On en est loin. Après des décennies glorieuses, la région n'a rien fait : ni musée, ni fondation, ni studio, ni section image et son à l'université. Il n'y a aucune excuse, d'autant que, dans les années 80 et 90, des grands noms ont continué à tomber sous le charme de ces paysages : Spielberg avec son Indiana Jones ; Terry Gilliam et son Baron de Munchausen et bien d'autres...»

Cabrioles. La région a peu profité de la ruée cinématographique. «Les productions ont toujours débarqué de Madrid ou d'ailleurs avec leur savoir-faire, enrage Placido Martinez. Les répercussions locales sont à pleurer de rire : quelques décorateurs du cinéma, une rue rebaptisée Sergio Leone et un festival de court-métrage à Almeria. Quel gâchis !» En se rendant dans la blanche bourgade de Tabernas (3 200 habitants), on mesure à quel point la population locale est restée à l'écart des tournages pourtant réalisés dans les alentours. Certains se sont fait embaucher à Mini-Hollywood, le charpentier du bourg y trouve son compte... C'est peu.

«Au fond, les vrais héros de Tabernas, ceux qui sont restés, ce sont nous, les cascadeurs, claironne en riant Molina. On est un peu l'âme de ces poblados et, à bien y regarder, on ressemble à tous les cow-boys de ces films.» Agustin Gomez Martin, 43 ans, une vraie gueule d'acteur avec sa barbe noire et des yeux bleu clair, ne le démentira pas. Ancien cascadeur convoité, alcoolique patenté, il survit en amusant le touriste avec des cabrioles qu'il connaît par coeur (tomber de cheval, sauter d'un toit) au poblado Rancho Leone, dont le saloon a servi de référence pour Il était une fois dans l'Ouest. «J'ai travaillé dans des dizaines de westerns. J'ai été indien, mexicain, j'ai doublé Lee Van Cleef, Charles Bronson... Nous, les cascadeurs, faisons ce que les acteurs ne peuvent pas faire. Et puis, eux restent le temps d'un tournage alors que je n'ai jamais quitté Tabernas. Pour moi, le Far West, c'est ici...».

avatar
colonel mortimer
Léon Klimosky

Messages : 105
Date d'inscription : 09/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.devildead.com/histoiresdetournages/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ALMERIA, L'ESPAGNE, LE WESTERN SPAGHETTI ET LE CINEMA: DES LIVRES, DES ARTICLES ET DES LIEUX.

Message  JO le Ven 19 Nov - 11:53

Article truffé d'erreurs et d'approximations, comme d' habitude affraid

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ALMERIA, L'ESPAGNE, LE WESTERN SPAGHETTI ET LE CINEMA: DES LIVRES, DES ARTICLES ET DES LIEUX.

Message  colonel mortimer le Ven 19 Nov - 12:06

oui, bon ça c'est sûr... Wink
avatar
colonel mortimer
Léon Klimosky

Messages : 105
Date d'inscription : 09/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.devildead.com/histoiresdetournages/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ALMERIA, L'ESPAGNE, LE WESTERN SPAGHETTI ET LE CINEMA: DES LIVRES, DES ARTICLES ET DES LIEUX.

Message  colonel mortimer le Jeu 2 Déc - 18:14

JO a écrit:

Almeria Plato de Ciné, Carlos Perez Siquier, Instituto de Estudios Almerienses, 2005.

Epuisé maintenant, un livre superbe, album de photographies de tournages et d'acteurs entre deux plans, prises par Carlos Perez Siquier.

-Cleopatre, Les Amazones, Et pour quelques Dollars de plus, Shalako, Whisky e Fantasmi, Doc Holliday, Oeil pour oeil, ... et des chameaux sur les routes poussiéreuses du désert (pour Lawrence d'Arabie ?), entre autres...



Je viens de trouver ce livre sur Priceminister à 20 euros (vendeur madrilène). Très beau, tout en noir et blanc, mais malheureusement, aucune légende. Il faut deviner certains films et la liste donnée au début de l'ouvrage comporte des erreurs et des manques. Beau bouquin, quand même !!!
avatar
colonel mortimer
Léon Klimosky

Messages : 105
Date d'inscription : 09/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.devildead.com/histoiresdetournages/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ALMERIA, L'ESPAGNE, LE WESTERN SPAGHETTI ET LE CINEMA: DES LIVRES, DES ARTICLES ET DES LIEUX.

Message  JO le Jeu 2 Déc - 22:11

Carlos Perez Siquier est un très grand photographe espagnol, qui en plus, almeriense, laisse derrière lui une énorme collection de clichés de tournage, dont ce livre ne donne qu'une idée très mince...

(Il n'est pas le seul, il y a aussi Ruiz Marin, j'espère que tout cela sortira un jour sous forme de compilation.)

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

EL HOLLYWOOD ESPANOL, Victor Matellano.

Message  JO le Sam 4 Déc - 9:20



Spécialiste des tournages autour de Colmenar Viejo et dans la région de Madrid, dont il est originaire, Victor Matellano livre ce premier recensement encyclopédique du cinéma en Espagne, vu du côté des lieux de tournage.

Nombreuses interviews, dictionnaire et panorama des films de différents genres localisés précisémment en Espagne jusqu'à maintenant.

Victor Matellano, El Hollywood Espanol, T&B Editores, 2008.

JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ALMERIA, L'ESPAGNE, LE WESTERN SPAGHETTI ET LE CINEMA: DES LIVRES, DES ARTICLES ET DES LIEUX.

Message  colonel mortimer le Sam 4 Déc - 14:22

Mais pourquoi ai-je fait allemand 1ère langue ? Very Happy
avatar
colonel mortimer
Léon Klimosky

Messages : 105
Date d'inscription : 09/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.devildead.com/histoiresdetournages/

Revenir en haut Aller en bas

TALAMANCA DE JAMARA

Message  JO le Sam 4 Déc - 19:19



Victor Matellano, Un plato de siglos Talamanca de Jamara, escenario cinematografico , 2007 (édité par la municipalité).

La photo de couverture est une image des Cent Cavaliers de Vittorio Cottafavi, mais ce village médiéval aux confins de la région de Madrid et de La Manche a aussi servi à quelques westerns, notamment pour les intérieurs, par exemple, chez Franco Giraldi ou Ferdinando Baldi (entrepôts voûtés).

Nombreuses photos de tournage, des lieux et recensement des films.


Escenario c'est "lieu" en espagnol, ce qui nous rappelle par l'origine étymologique que le "scénario" (narration) c'est d'abord une histoire de lieux.


JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

"EL CID", Victor Matellano et Miguel Losada, T&B Editores, 2011.

Message  JO le Lun 28 Fév - 11:26



Victor Matellano et Miguel Losada, El Cid, T&B Editores, 2011.

Pour les cinquante ans du tournage en Espagne du Cid, d'Anthony Mann.


JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Almería de Cine, Ivan et Said Zoido Salazar, 2011.

Message  JO le Lun 28 Fév - 12:16



Ivan et Said Zoido Salazar, Almeria de Cine, Centro de Estudios Andaluces, 2011.

Publié par le Centro de Estudios Andaluces :

http://centrodeestudiosandaluces.org/index.php?mod=publicaciones&cat=34&id=2602&ida=0&idm=&lng=en

Une comparaison entre les photogrammes des films les plus connus tournés à Almeria et les lieux actuels.



L'article de La Voz de Almeria , par Juan Gabriel Garcia:

http://www.lavozdealmeria.es/vernoticia.asp?IdNoticia=7982&IdSeccion=5


"Através del mágico juego de la comparación entre el fotograma de la película y una fotografía actual de esa misma localización, los hermanos Iván y Said Zoido Salazar recopilan, en ‘Almería de cine’, los principales decorados cinematográficos de la provincia que un día se conoció en todo el mundo como ‘el Hollywood europeo’.

El esplendor del cine en Almería se vivió con especial intensidad entre los años 60 y 70, cuando había semanas en las que coincidían hasta cinco rodajes a la vez. En esta etapa abundan las anécdotas entrañables. Como la de aquel figurante que se equivocaba de película o las sonadas discusiones que constantemente mantenían los diferentes jefes de producción para decidir quién y durante cuánto tiempo rodaba en una determinada localización. Aunque a veces cueste reconocerlo y valorarlo, el cine constituye una de las etapas más importantes de la historia moderna de la provincia.

Pues esa realidad se pone de manifiesto en ‘Almería de cine’. En este trabajo, editado por el Centro de Estudios Andaluces, de 180 páginas a color, se comprime con un cuidado diseño la esencia del cine en Almería. Para cumplir este propósito los autores han seleccionado 35 películas de entre todas las rodadas en Almería, cifra que se acerca, si sumamos las series de televisión y los documentales, a las 500 producciones audiovisuales. Iván Zoido explica en este libro que el criterio a seguir para la selección de las películas que configuran ‘Almería de cine’ responde a diferetes parámetros, tales como “la calidad de la cinta, los miembros del reparto, la acogida del público y que hubiese una representatividad tanto de los años, la nacionalidad y el género”.

De Lawrence a Los Dalton

En la presentación del libro Iván Zoido recordó el doloroso proceso de selección de las películas y fotografías que aparecerían finalmente, ya que por cuestiones de espacio se vio obligado a desechar gran cantidad de material.

La compilación de títulos resulta muy elocuente. Aparecen por orden cronológico y demuestra que no sólo del western vive el cine rodado en Almería, sin duda, el género que con mayor profusión ha cristalizado sus historias en nuestros paisajes. Nos topamos con todo tipo de géneros; bélico, histórico, aventuras, comedia, dramas contemporáneos...

El listado lo encabezan tres grandes superproducciones como ‘Rey de reyes’, ‘Lawrence de Arabia’ y ‘Cleopatra’, y concluye con tres cintas actuales tan dispares como ‘Hable con ella’, ‘Los Dalton contra Lucky Luke’ y la película de animación ‘El lince perdido’. Entre medias, encontramos otras joyas como ‘la trilogía del dólar’ de Leone compuesta por ‘Por un puñado de dólares’, ‘La muerte tenía un precio’ o ‘El bueno, el feo y el malo’, la singular ‘El valle de Gwangi’, las colosales ‘Conan, el bárbaro’ e ‘Indiana Jones y la última cruzada’ y otras tan conocidas como ‘Marco Antonio y Cleopatra’, ‘El viento y el león’, ‘Nunca digas nunca jamás’ o la alocada ‘Cristóbal Colón, de oficio... descubridor’, dirigida por Mariano Ozores y protagonizada por Andrés Pajares, entre muchas más.

La fuerza del paisaje

La indescriptible belleza y el hipnótico contraste del paisaje almeriense habla por sí solo. Iván Zoido explica que la idea consistía en “encontrar el lugar exacto donde se filmaron las diferentes escenas y captar más de lo que se veía a través del fotograma para poder disfrutar del paraje real y de su belleza”. Este viaje nos invita también a reflexionar sobre nuestro paisaje, al tiempo que apreciar los cambios y similitudes que guarda en la actualidad en comparación al aspecto que muestra en cada película.

Iván Zoido, joven sevillano de Granada con corazón almeriense, rinde de este modo su particular tributo al paisaje de Almería y a los profesionales y autóctonos que propiciaron el esplendor del cine en esta tierra. Como el propio autor detalla, “es una plasmación de mis sueños en los inolvidables veranos en la Almería de finales de los ochenta y principios de los noventa, cuando por motivos familiares pasaba los meses de vacaciones estivales en la provincia y, como si el destino me lo indicara, jugaba a encontrar los escenarios que habíamos visto mi familia y yo en la última película”.

El desierto de Tabernas con sus ramblas y recovecos, los poblados del Oeste, la plasticidad del Parque Natural Cabo de Gata - Níjar con sus pintorescos rincones y cortijos, puntos de la capital como la Catedral, la Alcazaba o la Plaza de Toros y localidades como Vera, Mojácar, Sorbas... conforman el apasionante viaje por la ‘Almería de cine’.

Este libro habla de historia, de futuro y vincula el cine con el turismo. Anima al lector a descubrir por sí mismo la magia que emocionó a algunos de los mejores cineastas de todos los tiempos, aquellos que decidieron dar vida a sus historias en los desnudos, luminosos y áridos paisajes de Almería."


JO
Sergio Leone

Messages : 4204
Date d'inscription : 10/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ALMERIA, L'ESPAGNE, LE WESTERN SPAGHETTI ET LE CINEMA: DES LIVRES, DES ARTICLES ET DES LIEUX.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum